melainne favennec

Melaine Favennec

La chanson des chatons

Avec ses chansons, il fait danser les mots de magnifique et poétique manière !
La chanson des chatons est un spectacle où les mots dansent avec les gestes, avec tendresse.
Un spectacle adapté aux enfants, dès la maternelle, conçu et interprété par Melaine Favennec, un artiste aussi fabuleux que les personnages de ses histoires.

L’univers de Melaine est la poésie, il y entraîne les enfants à travers des sentiers inédits d’histoires étonnantes, drôles et imaginaires, de tendresse et de rythme.
Il raconte l’histoire de la souris « logodenn » qui parle deux langues et voici qu’il chante La rose des vents en français et en breton.
Ses chansons gaies qu’il accompagne à la guitare ou au violon, les enfants se prennent au jeu et deviennent des acteurs à part entière de ces aventures simples et délicieuses…
C’est en agitant les doigts (mais quels doigts..), en frappant le poing (mais sur quel tempo..), etc.. que s’opère l’alchimie musicale et poétique de ce spectacle plein de surprises.
Vous serez étonnés de les voir le suivre des mains et des pieds pour nous montrer au hasard du beau poème au gui l’an neuf : « deux nuits de tendresses » avec deux index qui se balancent doucement, « quatre chevaux sellés pour le printemps » qu’ils font galoper avec leurs petites chaussures, ou encore « onze paroles pour te dire « je t’aime » qu’ils signifient juste avec deux doigts qui tournent devant la bouche et le petit poing qui tape contre le cœur.
Une initiation aux charmes du spectacle, aussi ludique que poétique !
Venez le voir avec les enfants et vous comprendrez vite qu’il lui aura fallu plus de trente ans de scène pour qu’il transmette aussi simplement le plaisir de partager.

Durée du spectacle : 1 heure
Public : Tout public – A partir de 3 ans

Melaine Favennec chante Max Jacob

Reprenant une ébauche laissée en chemin il y a des années, Melaine Favennec met en évidence la modernité de Max Jacob.

« Quand j’ai chanté ce texte de Max Jacob à mon ami François Bourgeon, il y a 15 ans, il m’a dit en fermant les yeux : je vois un chemin descendant vers Pont-Croix, et sur la droite une prairie avec des vaches. Il y a quelques jours, je le lui ai rechanté : il m’a dit exactement la même chose. Il avait oublié, c’est moi qui le lui ai rappelé. Cela prouve à quel point les mots d’un poème ou une mélodie, peuvent susciter des images qui parlent très fort à notre inconscient et notre imaginaire personnel ».

Melaine Favennec empoigne sa guitare à la manière d’un artisan, avec l’œil pétillant. Le chanteur s’est littéralement approprié une douzaine de poèmes de Max le Quimpérois. Les textes de Max, né tout de même en 1876, se révèlent d’une étonnante modernité.