marthe vassallo

Marthe Vassallo.

Chant traditionnel breton dont elle est une des grandes voix, scènes actuelles où elle prend toutes les libertés, musique classique où elle mène une gourmande double vie : Marthe Vassallo bâtit sa maison sous le double signe de l’intégrité et de la curiosité, attachée aux richesses intimes de chaque répertoire et ouverte à toutes les expériences où la conduit son appétit d’amoureuse de la voix, du son et de la scène.

Née en 1974, élevée dans le Trégor côtier par le plus heureux des hasards, Marthe Vassallo (avec deux L, je ne sais pas si vous avez remarqué ?) commence à chanter dans les festoù-noz et les veillées à l’âge de 17 ans… et n’a jamais cessé depuis. Plusieurs prix de concours (dont le Kan ar Bobl 1993) viendront très tôt l’encourager dans cette voie. Son style et son répertoire se forgent au contact des autres chanteurs et à travers l’étude de collectages, tout particulièrement au sein de l’association Dastum.

Avant de décider en 1997 de donner entière priorité au chant, elle multiplie les aventures : elle est animatrice TV en breton pour France 3 Ouest de 1991 à 1996 ; comédienne depuis 1991 ; elle goûte aussi à l’écriture, à la traduction et à l’édition (Carnets de collectage de F-M Luzel, avec Françoise Morvan aux PUR, etc.).

La rencontre avec le chant classique (D.E.M. de chant lyrique en 2003 dans la classe d’Agnès Brosset, cours auprès d’Ilham Loulidi et Daniel Delarue), qui a lieu alors que sa carrière d’interprète traditionnelle est déjà bien lancée. Cela se concrétise en une discrète mais heureuse double vie : Chœurs de l’Opéra de Rennes, Pierrot Lunaire de Schoenberg, Kate/Madama Butterfly… et surtout au sein du nouvel ensemble Mélisme(s), dir. Gildas Pungier (collaborations avec l’Orchestre de Bretagne, l’ensemble Mathéus…).

Ses activités de ces dernières années reflètent son appétit pour la voix, la chanson et la musique sous toutes leurs formes : depuis le groupe de fest-noz Loened Fall (un des plus demandés en Bretagne) jusqu’à l’expérimentation scénique débridée du duo Bugel Koar avec Philippe Ollivier (en collaboration avec les metteuses en scène Madeleine Louarn puis Lydie Callier), en passant par La Coopérative du trompettiste Gaby Kerdoncuff, les explorations du sonneur de bombarde Daniel Le Féon, l’album Origines d’Eric Le Lann ou encore le projet Sula Bassana (autour des trios franco-africains Anduma puis Madomko). C’est lors de ce travail qu’elle rencontre la pianiste Lydia Domancich, qui lui propose Un chant à soi (concert-lecture autour de compositrices du XXe siècle) où elle jongle entre chant lyrique, pop, chanson et tradition orale.

Marthe continue également à se produire « a capella » (forme originelle du chant traditionnel breton) seule ou avec Nolùen Le Buhé notamment. Elle devient la voix soliste de la création Aziliz Iza du Bagad Kemper, d’où naîtra la collaboration avec le guitariste Gilles Le Bigot… et prête souvent sa voix à toutes sortes d’expérimentations (avec le groupe marseillais Dupain aux Trans Musicales de Rennes et aux Vieilles Charrues, avec la chanteuse marocaine Majda Yahyaoui et Madomko aux Rencontres Musicales de Casablanca, ou en concert/lecture avec le traducteur André Markowicz) : les plus inattendues étant les meilleures !

Marthe est également auteur de chansons (textes et parfois musiques), tout particulièrement au sein de Bugel Koar, ou encore avec Gilles Le Bigot ou Eric Le Lann.

Outre les collaborations ci-dessus, l’année 2007 verra un échange au long cours avec Gaby Kerdoncuff et le groupe jordanien Nawazen, la création d’une fantaisie personnelle « la chanteuse, l’infini et la clef à molette » avec Lydia Domancich une rencontre avec le groupe Pienza, et le début d’un travail sur la forme solo avec la chorégraphe Christine Rougier, création début 2008.

Marthe a reçu le Prix Du-Mañ Du-Se de France 3 Ouest du meilleur chanteur / meilleur album de l’année 2001.

DISCOGRAPHIE SELECTIVE

Gwerzioù et chants de haute-voix (93), F3 Ouest.

Loened Fall, An deizioù zo berr  (98), AN NAER Productions (Prix « Produit en Bretagne » 99 du meilleur disque de musique traditionnelle).

Bugel Koar, Ar Solier, (2000), AN NAER. (fff dans Télérama, quatre étoiles dans Le Monde de la Musique, Grand prix du disque « produit en Bretagne » 2001)

Skaliero, Beg ar Viñs (2001), Keltia.

Bagad Kemper, Azeliz Iza, live (2001), Keltia (fff dans Télérama, prix spécial « Produit en Bretagne » 2001).

Gilles Le Bigot, Empreintes (2002), Keltia.

Loened Fall, Gouez  (A l’état sauvage) (2003), AN NAER.

Bugel Koar, Nebaon ! (T’inquiète…) (2004), AN NAER. (Quatre étoiles dans Le Monde de la Musique, « Bravo ! » de Trad Magazine)

Eric Le Lann, Origines, (2005), Universal (ffff dans Télérama)

Extraits de presse :

BRETAGNE MAGAZINE, MAI 2002

« Physique, voix, charisme, travail, rigueur, et respect scrupuleux des traditions. Marthe Vassallo a l’étoffe d’une princesse du chant breton ».

LE DIRECT DU FESTIVAL DE CORNOUAILLE, 27/07/02

« La lumineuse Marthe Vassallo, toute d’une sensibilité incandescente, est bouleversante. Elle parvient à la fois à s’introduire dans tout ce que le chant a de plus traditionnel et à lui insuffler une nouvelle vie. Elle « chante vrai », comme diraient les anciens (…) et en même temps son chant est imprégné d’une étonnante modernité… »

marthe vassallo maryvonne trio ebrel le buhé vassallo 1 trio empreintes
Maryvonne la Grande Paotred

Trio Ebrel / Le buhé / Vassallo

Trio Empreintes