annie ebrel - anne auffret

Annie Ebrel & Anne Auffret

Chant et harpe celtique

Le duo s’est inspiré de l’œuvre de la poétesse de Rostrenen, Philomène Cadoret (1892-1923)

17 chansons tirées de ses poèmes qui évoquent tout autant la nature, la Guerre, l’immigration, la langue, le pays…., sont présentées dans ce concert.
Le propos, à la fois très contemporain, très sensible et très riche, est rendu très accessible au plus grand nombre dans ce spectacle.

 Philomène CADORET

Le 28 juillet 1892, M. Gourhant, recteur de Bonen, baptise une petite fille, Marie Philomène Cadoret dite Philoména, née le jour même à Ker Sioul (le village tranquille).

Elle fera parler d’elle sous le nom de « Koulmig Arvor » (la petite colombe d’Arvor). Fille de François Marie Cadoret et de Françoise Serrec, elle a pour parrain Armand Le Garrec et pour marraine Marie Catudal. Couturière de métier, la jeune fille aime écrire des chansons bretonnes.

A dix sept ans, elle obtient le prix régional de la poésie de « Kroaz ar Vretoned ». On lui doit « Bleuniou a Garantez » (fleurs d’amour) et « Yann ar Burzudou » (Jean des merveilles), des ouvrages d’une quarantaine de pages, ainsi que les cantiques de Bonen « Itron Varia Porjou » et de Locmaria « Itron Varia Gaudin ».

Son recueil « Mouez Ménéou Kerné » (la voix des monts de Cornouaille) qui contient plus d’une cinquantaine de chansons, est publié en 1912.

En 1917, elle épouse Joseph Velly qui meurt en 1919, à l’âge de trente et un ans. Elle met au monde une petite fille, Thérèse Marie, en avril.

« Les nuages étaient descendus si bas, si bas, que la poétique terre de Cornouaille semblait toucher le ciel… ; les autos filaient à toute allure, gravissaient une verdoyante colline et se trouvaient bientôt devant le clocher effilé de Bonen. C’est sur les flancs de cette colline, dans une maison sans étage où grimpe une vigne noueuse, à l’ombre de ce clocher de granit, qu’est née la grande poétesse bretonne, c’est là qu’elle puisa les deux amours que chanta son âme vibrante et douce : celui de son Dieu, celui du sol natal ; c’est là qu’elle termina, à 31 ans sur l’agonie de son jeune foyer, le dernier chant de sa vie.

annie ebrel solo annie ebrel - riccardo del fra trio ebrel le buhé vassallo 1
 Annie Ebrel  Annie Ebrel & Riccardo del Fra  Paotred

Trio Ebrel – Le Buhé – Vassallo